ESPAGNE | LE NORD

08.06.2016

Pour notre deuxième jour en Aragon, nous décidons d’aller un peu plus vers le Nord, retrouver les paysages montagneux (les Pyrénées nous manquent déjà).

 

En chemin, nous nous arrêtons dans le petit village désert d’Almudévar. Un vent incroyable, je comprends enfin pourquoi il y a autant de champs d’éoliennes dans la région ! Les maisons peintes de couleurs vives ont l’air inhabitées, le bruit incessant d’une canette de Coca roulant dans une ruelle nous donne l’impression d’être dans une ville fantôme.

Je suis en adoration devant la multitude de cactus dans les jardins : un signe pour moi de dépaysement total, de chaleur et d’aridité.

 

 

 

 

 

Nous progressons péniblement à travers les rafales jusqu’à la petite église (L’Ermitage de la Vierge de la Coron) située sur la colline du château de Corona. Cependant il n’en reste que des ruines. La vue est très jolie, nous apercevons les montagnes au loin.

 

 

 

 

Nous reprenons notre route jusqu’au barrage de la Sotonera. Les routes sont minuscules et désertes, des virevoltants traversent devant la voiture : nous voilà dans un décor de film dans le far-west ! Je n’ai pas résisté, j’ai ramené un virevoltant chez moi… !

 

 

 

Le barrage est assez impressionnant, le lac est très grand, l’eau turquoise, nous nous croyons à la mer avec les vagues créées par le vent. Des pins et de vieilles ruines qui entourent le lieu lui donne des airs italiens.

 

 

 

Après avoir retrouvé la grande route, nous prenons la direction du Château de Loarre, château que j’avais repéré depuis un long moment. Je tombe en admiration devant le panorama qu’il nous offre sur la vallée de Huesca. La luminosité est excellente, mi-soleil mi-pluie, des chevaux broutent en contre-bas, les ruines du château s’imposent sur le versant des montagnes. Nous sommes bouche-bée. Tellement qu’il se met à neiger ! Nous sommes tout proche des Pyrénées, la pluie se transforme vite en flocons … Nous débutons la visite : des escaliers partout, des petites salles, des cours, nous nous envolons à moitié (nous avons pris de l’altitude et le vent ne s’est toujours pas calmé !), des labyrinthes, des vues toujours remarquables à chaque fenêtre…

 

 

 

 

Toutes ces découvertes nous ont ouvert l’appétit. Nous décidons d’aller manger à Huesca. Nous galérons à trouver un restaurant (pourtant il est 13h30, c’est tôt pour les espagnols !). Nous finissons par nous retrouver à table au Comomelocomo. Grandes assiettes de jambons ibériques, fromages, salades. Une bonne adresse. Les espagnols sont généreux, ne pas l’oublier… La ville est sympa, mais sans plus (surement à cause de mon agacement à tourner en rond pendant 30 minutes alors que mon ventre crie famine…).

 

 

 

 

 

Nous retournons tranquillement à Saragosse dans l’après-midi pour visiter un peu mieux la ville. Nous arrivons aux heures d’ouverture des églises. Je craque face au style de la cathédrale del Salvador appelée aussi la Seo. Le monument est le marqueur d’une véritable richesse culturelle et historique. Un mélange des genres entre le baroque, le gothique et le mudéjar comme on peut le voir sur la façade de l’entrée. L’intérieur est épuré d’une couleur crème avec des dorures aussi exquises que raffinées. La cathédrale est célèbre aussi pour ses tapisseries.

 

 

 

 

 

 

 

Nous arrivons au palais de l’Aljaferia, un château arabe du XIème siècle (ancienne résidence des rois de la dynastie Taïfa et actuel Parlement de l’Aragon). Après une incompréhension totale avec l’hôtesse qui me demande d’où nous venons, nous commençons la visite. Le palais comprend un patio typiquement mudéjar : arcs outrepassés (en forme de fer à cheval) et polylobés, stucs peints de couleurs vives, brique, céramique, mosaïque… Les arcs polylobés brisés à 15 lobes sont magnifiques et uniques. Je suis totalement sous le charme de cet art.

Les salles du palais ont toutes des plafonds à caisson doré et des murs tapissés. Quant au patio, il est composé d’orangers, de fleurs et d’un système d’irrigation au sol typique musulman. L’endroit est serein, chaud et nous transporte des siècles en arrière. 

 

 

 

 

 

 

 

La journée fût riche en découverte, nous sommes passés par tous les styles, les panoramas, les conditions climatiques. Du repos avant notre prochaine journée dans le désert des Bardenas.

 

 

 

 

Please reload

VOUS AIMEREZ AUSSI

Please reload

Réseaux sociaux

Abonnez-vous !

Copyright © 2019 Charlotte Moutier

  • Grey Facebook Icon
  • Grey Instagram Icon
  • Grey Pinterest Icon