ESPAGNE | DÉSERT DES BARDENAS

21.07.2016

 

 

Depuis Arguedas, une petite route nous amène à l’entrée de la partie centrale du désert : la blanca baja. L’accueil est fermé, nous nous consolons avec une grande carte extérieure nous indiquant les sentiers à emprunter (à prendre en photo car plus aucune signalétique dans le désert) et les différentes recommandations à suivre (protection de l’environnement, faire attention quand il pleut car on peut rester coincés dans la boue…).

Nous décidons de faire le grand tour, nous voilà partis dans le far west espagnol !

 

Le paysage aride est totalement dépaysant, les roches jaunâtres et beiges sont spectaculaires et le bruit du vent est tellement singulier !  Nous passons devant un petit refuge en pierre avec abreuvoir pour les chevaux et en fond les nombreuses collines tabulaires (plates comme des tables) : décor de western assuré.

Nous arrivons devant l’emblématique Cabezo de Castildetierra : la roche a une forme de cheminée surgissant du plateau rocailleux dû à l’érosion. De près c’est assez impressionnant !

Nous y retrouvons une horde de touristes français. Avides de conversation, ils tentent une approche… Nous nous échappons rapidement pour pique-niquer plus loin et profiter du calme près de petits ravins. A la recherche d’animaux sauvages pendant notre repas, je m’émerveille devant les rapaces pendant qu’Arnaud aperçoit à l’horizon un spécimen mi-bison mi-chien galopant au loin… Une vision désertique ? Ou une hallucination causée par l’abus de charcuterie espagnole? Une petite marche s’impose, le sol est tout craquelé et rougeâtre.

 

Nous reprenons la route pour aller jusqu’à la Pisquerra et el Rallon, deux collines tabulaires imposantes. Plus nous roulons à travers le désert plus le paysage nous offre de nouveaux points de vue magnifiques et le soleil offre une luminosité très douce (mais il tape vite très fort !). Nous retournons à notre point de départ en passant devant la base militaire.

 

Notre enthousiasme est tel que nous décidons de poursuivre notre découverte du désert en allant dans la partie sud : la Plana de la Negra. Ici le paysage est plus verdoyant, il y a des bosquets un peu partout et les roches sont moins imposantes. Pas un chat, le désert est à nous ! Nous nous arrêtons à côté d’un petit lac et nous marchons un petit peu.

Bien évidemment, nous nous sommes perdus pour trouver la sortie du désert, sans panneau, ni GPS, ni internet et ce malgré un sens de l’orientation très aiguisé. Par le plus grand hasard nous nous retrouvons sur la route du retour vers Saragosse, des images plein la tête.

 

Dépaysement total, aérien et céleste, bienvenue sur la Lune espagnol !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Please reload

VOUS AIMEREZ AUSSI

Please reload

Réseaux sociaux

Abonnez-vous !

Copyright © 2019 Charlotte Moutier

  • Grey Facebook Icon
  • Grey Instagram Icon
  • Grey Pinterest Icon